DESCRIPTIF

 

Le frelon asiatique

 

Vespa est un genre d’insectes sociaux, de la famille des Vespidae, sous-famille des Vespinae, communément appelés frelons. La majorité des espèces est originaire d’Asie.

Pouvant atteindre 45 millimètres de longueur, les frelons sont les plus grands insectes eusociaux. Les frelons se distinguent des autres vespidés par la largeur plus importante de leur vertex (partie de la tête derrière les yeux) et par leur gastre arrondi (la section de l’abdomen juste derrière la « taille de guêpe »). Selon une idée reçue, le frelon serait, parmi les hyménoptères, celui dont la piqûre est la plus dangereuse.

Cette affirmation est le plus souvent fausse. Une piqûre de frelon n’est généralement pas plus dangereuse qu’une piqûre de guêpe ou d’abeille. De plus, le frelon est assez pacifique et n’attaquerait qu’en dernier recours, surtout aux environs de son nid lorsqu’il sent celui-ci attaqué. Néanmoins la piqûre est particulièrement douloureuse à cause d’un taux plus important d’acétylcholine. Certaines espèces non-européennes comme la Vespa mandarinia japonica font toutefois bel et bien partie des insectes au venin le plus virulent et mortel .

Le Frelon Européen est une guêpe sociale qui fait partie de l’ordre des Hyménoptères ressemblant à une guêpe commune mais de taille trois fois plus importante. C’est en fait une guêpes XXL, la plus grosse des espèces de guêpes européennes.

la reine atteint jusqu’à 35 mm, les ouvrières sont plus petites avec une taille qui varie de 18 à 25 mm et les mâles de 21 à 28 mm. On le reconnaît facilement grâce à son au corps taché de roux voir orangé, de noir et de jaune et à son abdomen jaune rayé de noir ainsi qu’a son vol bruyant. Le frelon n’est pas un insecte agressif, ni un piqueur spontané.

En principe, un frelon n’attaque pas sauf si l’on s’approche trop près de son nid (moins de 3m) ou si l’on s’affole en faisant de grands mouvements à son approche. Il suffit de voir nos voisins allemands qui le protègent depuis de nombreuses années. Il existe des “boites à frelons” que l’on installe dans son jardin. Certain même cohabite avec eux dans une pièce de leur maison. Il est par rare de voir un frelon rentrer à l’intérieur de nos maisons le soir, attirés vers les fenêtres éclairées. Dans ce cas éteignez la pièce où il se trouve et allumer l’extérieur de votre maison. Il mène une vie sociale, comme les abeilles et les guêpes, au sein d’une communauté de 100 à 200 individus (certaines colonies peuvent atteindre plus de mille individus) qui vivent et meurent en une seule année.

CYCLE DE VIE DU FRELON

La colonie regroupe une centaine d’individus autour d’une reine qui pond jusqu’à 3000 oeufs au cours de sa vie. Les larves se développent en une vingtaine de jours pour devenir adultes (imago). Les frelons ne survivent pas aux premiers froids, à l’exception des jeunes femelles fécondées. Ces futures reines passeront l’hiver à l’abri puis fonderont une nouvelle colonie au printemps. Au printemps, celles qui ont survécu à l’hiver, créent dans un arbre creux, un mur de pierre, un grenier, une cheminée, une vieille botte de paille, un tas de compost ou de vieux chiffons, un nid avec des fragments d’écorce qu’elles mastiquent et mélangent à sa salive. Elles fabriquent une matière qui ressemble à du vieux carton.  Ces reines vont fonder à elles toute seule une nouvelle société de frelons.

La reine fabrique d’abord une douzaine de petites des cellules de papier, appelées les alvéoles, et pond un oeuf dans chacune d’elles. Les larves éclosent en mai. Bien nourries par leur mère avec une bouillie de chenilles, elles se transforment en nymphes, puis en frelons adultes qui deviendront des ouvrières qui seront stériles. Celles ci s’activent aussitôt à l’aménagement de nouvelles alvéoles, à la recherche de nourriture, à l’entretien du nid…tandis que la reine fondatrice de la colonie pondra jusqu’a la fin de la saison. Une reine fécondée peut produire jusqu’à 40 oeufs par jour. A la mi septembre, la colonie atteint son pic de développement. La reine pond des oeufs qui se développent en mâles, appeler aussi faux-bourdons et en nouvelles reines de jeunes femelles cette fois fertiles. Les nouvelles reines et les mâles s’accouplent pendant un vol nuptial, après quoi les nouvelles reines fécondées chercher un endroit approprié pour l’hibernation. Aux premiers froids automnaux, les mâles, les ouvrières et la reine de la saison meurent. Seules les jeunes femelles récemment fécondées passeront l’hiver pour constituer de nouvelles colonies donc l’ancien nid n’est jamais ré utilisé.